Plus de 700.000 applications malveillantes retirées

blog

Plus de 700.000 applications malveillantes retirées de Google Play en 2017googleplay

« 99% des applications avec du contenu interdit ont été identifiées et rejetées avant que quiconque n’ait pu les installer » selon Google.

Google ne lâche rien dans sa chasse aux applications véreuses : dans un post sur le blog des développeurs d’Android, le responsable de Google Play Andrew Ahn a affirmé que Google avait retiré plus de 700.000 apps en 2017. Un chiffre en augmentation de 70% par rapport à 2016. Selon Andrew Anh, « 99% des applications avec du contenu interdit ont été identifiées et rejetées avant que quiconque n’ait pu les installer ». De quoi redorer un peu le blason de Google Play qui fait un peu far west à côté de l’App Store d’Apple où chaque envoi et mise à jour doit être validée avant publication.

Ces actions de nettoyage ont mené à la suppression du compte de plus de 100.000 développeurs et Google affirme avoir renforcé son contrôle de création de compte pour éviter qu’ils ne se réinscrivent sur la plateforme.

La cour des miracles

Dans le billet, Google détaille les différentes menaces contre lesquelles les équipes doivent se battre : la contrefaçon d’app (on copie une app célèbre pour gagner de l’argent facile), le contenu inapproprié (pornographie, violence, haine, activités illégales, etc.), les applications vérolées (troyens, arnaques aux SMS, fishing), etc. Avec plus de 80% de parts de marché, Android reste une cible de choix pour les hackers en tous genre et Google ne baisse pas la garde.

Merci le machine learning

Pour détecter les applications malveillantes, Google s’est notamment appuyé sur l’apprentissage machine (machine learning) pour faciliter la tâche de ses équipes de vérification. Une partie du travail des algorithmes consistant à repérer les stratégies de publication, les bouts de code similaires et autres comportements récurrents de ces applications.

Si l’annonce du retrait de plus de 700.000 applications du PlayStore est une bonne nouvelle, c’est aussi le signe que plus que jamais, il faut faire attention à ne pas télécharger n’importe quoi sur son mobile.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *