Nouveau contrôle technique

blog

Nouveau contrôle technique : comment bien le préparer ?

Contrôle technique

Le « nouveau » contrôle technique entrera en vigueur le 20 mai 2018. Est-il aussi exigeant que certains le disent ? Que vérifier en amont sur vos véhicules pour devancer les nouveaux points de contrôle ?
25 ans après sa création, le contrôle technique subit un toilettage important cette année 2018. La nouvelle mouture est le résultat de la transcription en droit français d’une directive européenne publiée le 3 avril 2014. La Commission européenne souhaitait en effet remplir un objectif : diviser par deux le nombre de décès sur les routes entre 2010 et 2020. Elle s’est alors appuyée sur un chiffre : en 2012, 6 % des accidents résultaient de défauts relevés au contrôle technique (soit environ 2 000 décès dans les États de l’Union).
Contrôle technique : un nombre croissant de points de contrôle
Jusqu’ici, 124 points étaient vérifiés lorsque le véhicule passait le contrôle technique. La liste s’allongera pour atteindre les 132 points. Cet examen permettra de déceler potentiellement 606 défaillances, classées en 3 catégories :
1/Défaillances mineures
139 défaillances n’ayant pas d’incidence notable sur la sécurité du véhicule ou sur l’environnement. Que faire ? Rien ! Ces défaillances sont simplement signalées mais n’influent pas sur le résultat final.
2/Défaillances majeures
340 défaillances susceptibles de compromettre la sécurité du véhicule, d’avoir une incidence négative sur l’environnement ou de mettre en danger les autres usagers de la route.
Que faire ? Vous devez effectuer une contre-visite dans les 2 mois.
3/Défaillances critiques
127 défaillances constituant un danger direct et immédiat pour la sécurité routière ou ayant une incidence grave sur l’environnement.
Que faire ? Vous devez faire réparer son véhicule immédiatement, sous peine d’immobilisation et d’une amende de 135 €. Contrairement à ce que l’on peut lire, vous n’avez pas 24 heures pour le faire : vous devez faire effectuer les réparations le jour-même.
nouveau contrôle technique
Ce nouveau contrôle technique va-t-il coûter plus cher ?
Certains chiffres tendent à indiquer que ce scénario est probable. Le nombre de points de contrôle pouvant faire l’objet d’une contre-visite passera à 467 (contre 196 avant le 20 mai 2018). En outre, certains grands acteurs du secteur ont déjà évoqué une hausse de 15 à 20 % des tarifs, pour compenser le temps passé plus important au contrôle.
Pensez à bien anticiper vos rendez-vous !
Certains spécialistes prédisent un engorgement des centres de contrôle et, par conséquent, un allongement des délais de rendez-vous pour passer le contrôle technique ou les contre-visites.
[Cet article vous intéressera aussi : Comment maîtriser les coûts cachés de votre flotte ?]
Contrôle technique : plus de précautions à prendre !
Ce nouveau contrôle technique pourrait quelque peu changer les habitudes des automobilistes et des entreprises présentant leurs véhicules à l’examen. Pour devancer la multitude de points à vérifier et éviter les contre-visites systématiques, la prise de précaution devient essentielle. Il s’agit autant que possible de redoubler d’attention concernant l’entretien régulier des véhicules et la vérification de points basiques qui peuvent vous pénaliser le jour J : plaquettes de freinspneusplaques d’immatriculation
Des nouveaux points de contrôle à venir…

points de contrôle

En plus des nouveautés 2018, la Loi de transition énergétique prévoit également un test dit « cinq gaz ». Attendu d’ici 2022, il devrait notamment permettre de vérifier les émissions de NOx (oxydes d’azote). Plusieurs obstacles devront être levés d’ici là : les coûts élevés des appareils de mesure, la définition exacte des normes à retenir…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *