La Happiness Therapy par le management

Happiness-Therapy

En d’autres temps, j’aurai intitulé cet article « un manager motivant, c’est quoi ? »

Mais l’entreprise prend de nos jours une place de plus en plus importante dans nos vies, parfois anxiogène du fait de la crise mais sans aucun doute un point de référence pour les hommes et les femmes comme cela ne l’a jamais été. L’explosion du nombre des divorces, la défiance par rapport au monde politique qui grandi à vu d’œil font qu’au final, on attend de l’endroit dans lequel nous passons le plus clair de notre temps une forme d’apaisement ce qui, avouons le n’est que (très) rarement le cas.

Une étude menée en 2014 par le département d’économie de l’Université de Warwick, au Royaume-Uni montre que la productivité d’une équipe heureuse augmente de 12% !

Parler « d’être heureux » en entreprise, c’est malheureusement (trop)  rare… mais c’est possible, grâce au management qui, s’il comprend que c’est ainsi qu’il augmentera la productivité de ses équipes sera moteur. Le manager peut faire une happiness therapy pour ses collaborateurs de façon assez simple  finalement :

1- Il délègue :

Le manager qui contrôle tout et fait à la place de ses collaborateurs quand il estime qu’il fera mieux ne fait pas que déresponsabiliser ses équipes, il les démotive. Déléguer, c’est montrer sa confiance dans les qualités de ses collaborateurs, c’est une forme de reconnaissance fondamentale.

2- Il est calme :

Quelle que soit la situation, même au milieu de la pire des crises, la happiness therapy passe par un manager qui reste zen. Il a conscience qu’il ne sauve pas de vies mais, surtout, il sait que si lui reste calme, son équipe le sera également et gérera mieux la crise. Un proverbe Chinois dit que ce n’est pas dans la tempête qu’il faut hisser les voiles…

Quand son manager est calme, moins de risque de boule au ventre avant d’aller au travail !

3- Il sourit :

Travailler pour quelqu’un qui fait la tronche du matin au soir a quelque chose de déprimant, totalement déprimant. Au contraire, un manager de bonne humeur du soir au matin influence son équipe. On dit souvent, et j’y crois, qu’une équipe ressemble à son manager ! L’un de mes patrons chez TF1 m’a dit quelque chose qui m’a marqué. J’étais jeune manager et, à la machine à café, il me prend entre 4 yeux pour me dire : « tu sais Gaël, en tant que manager, tu as le droit de faire la tronche une fois par an sous une seule condition : si c’est chez toi ! ». Depuis, en 20 ans de carrière, je travaille mes zygomatiques !

4-Il est drôle :

Vous connaissez les clowns d’hôpital et l’influence incroyable qu’ils ont sur la guérison des enfants ? Il en va de même en entreprise. Tout manager n’est pas forcément Coluche ou Gad Elmaleh mais faire un trait d’humour dans une réunion ne fait pas de mal et remet le business à la place à laquelle il doit être.

5- Il est inspirant :

Avant de travailler pour une entreprise, entité virtuelle, chacun travaille pour quelqu’un. Qu’il côtoie au quotidien. Avoir un manager qui ne vous apprend rien, qui ne donne pas de direction, qui n’a aucune idée autre que de faire comme on a toujours fait, à la longue, ça plombe le moral.

6- Il est bienveillant :

Sur ce point essentiel, je ne peux que renvoyer sur l’article qui traite ce sujet : le management par la bienveillance.

7- Il met le bien-être de ses équipes avant toute autre considération :

La happiness therapy c’est faire savoir à ses équipes, par exemple, que si le petit dernier s’est fait mal à l’école, il n’y aura aucun problème pour quitter tout de suite le bureau pour s’en occuper sans avoir à s’excuser 10 fois auprès de son manager et sans poser de RTT; C’est ne pas organiser de réunion à 19 heures tous les soirs car il considère que la vie personnelle des gens est fondamentale etc. etc. Des collaborateurs qui ne considèrent pas leur travail comme quelque chose qui détruit leur vie privé sont en général plus heureux… et motivés !

8- Il sait dire bravo :

La reconnaissance ! Le principe d’une équipe heureuse est aussi de se faire féliciter quand elle a bien bossé et qu’elle sache que le n+1 de son manager sait que c’est grâce à eux. Les managers qui s’approprient les succès est démotivant au possible. Il est également  excellent pour la motivation des équipes de savoir que quand une erreur est faite, son manager ne va pas aller voir son propre n+1 pour lui dire à quel point son équipe est nulle mais au contraire en prendre toute la responsabilité. Oui, je crois que pour qu’une équipe soit heureuse, motivée et au top de sa productivité, un manager doit faire preuve d’une certaine dose d’abnégation, ce qui est loin, très loin d’être simple.

9-  Il ne balaye pas d’un revers de la main toutes les demandes de ses collaborateurs :

Un manager doit savoir dire « non », « oui » également mais avant cela, s’il veut une équipe heureuse, il doit écouter. Même quand quelqu’un vient se plaindre du manque de lumière qu’il y a dans son bureau alors que le manager est en train de préparer une énorme réunion, il doit écouter, toujours ! Et que ce soit « oui » ou « non » à la demande, il doit toujours argumenter afin de ne pas donner le sentiment que la demande n’a aucune importance. Un collaborateur qui demande quelque chose a sa propre motivation… parfois étrange… mais le manager doit la respecter et essayer de faire preuve d’empathie. Cependant, il ne faut pas se faire d’illusion, un manager seul ne changera pas l’ensemble de l’entreprise. Pour que cette « happiness therapy » soit efficace, il faut que ce soit un projet d’entreprise, de façon globale !

CONCLUSION :

Non, être heureux n’est pas un luxe mais une nécessité absolue dans l’intérêt premier de l’entreprise. Google, entreprise championne en la matière l’a compris depuis longtemps. Et contrairement à ce que le commun des mortels pense, rendre une entreprise heureuse ne passe pas que par installer des baby-foot à la cafétéria. En premier, cela passe par le management et le quotidien. L’humain, c’est cela qui peut rendre heureux et c’est rassurant !

blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *