Bio-nettoyage

bio-nettoyage-entete

 bio-nettoyage et développement durable

JPS Multiservices en collaboration avec Action +net

Le bio-nettoyage est un nettoyage dont l’objectif est de réduire la quantité de micro-organismes présents sur les surfaces. Il combine un nettoyage avec un rinçage et une désinfection. Il se réalise en milieu hospitalier, (ou salle blanche), où les personnes sont sensibles à la présence des micro-organismes, afin de lutter contre les maladies nosocomiales.

  • Utilisation de deux produits séparés, un détergent et un désinfectant

Le nettoyage permet d’éliminer les salissures et les micro organismes (bio-film), à l’aide d’un produit détergent. Il élimine une grande partie des micro-organismes présents sur la surface.

Le rinçage élimine les salissures et les micro-organismes mis en suspension par le détergent, et les traces de produit détergent.

La désinfection s’effectue par contact ou par pulvérisation d’un désinfectant contenant des agents biocides capables de détruire les micro-organismes.

  • Critères à respecter :

L’organisation et l’économie : Le protocole de bio-nettoyage, ordre précis des actes à effectuer avec le matériel et les produits nécessaires, est généralement établi par le responsable en hygiène de l’établissement. Il doit être respecté scrupuleusement. JPS Multiservices en collaboration avec Action +net travaille toujours selon les mêmes principes : du plus propre au plus sale…

L’hygiène : Le lavage des mains avant et après le bio-nettoyage limite les contaminations manu-portées. La tenue professionnelle est de rigueur, le port des gants à usage unique est obligatoire. Le matériel utilisé est toujours propre et désinfecté, les lavettes (ou «chiffonnettes») sont à usage unique ou lavées à 90°c (avec une lessive désinfectante). Les bandeaux de lavage seront de préférence en microfibre.

La sécurité : Une formation professionnelle est fortement préconisée. En cas de risque de projection dans les yeux, les lunettes sont conseillées et en cas de pulvérisation celui d’un masque. La solution détergente/désinfectante s’utilise dans les 24 heures. On prépare la quantité de solution nécessaire pour la journée, selon les chambres à bio-nettoyer. Il sera nécessaire de transmettre à l’ensemble de l’équipe les conditions particulières à prendre pour cette activité, ainsi que le niveau de désinfectant qu’il conviendra de choisir selon le risque.

La qualité du service : Elle est évaluée par un contrôle visuel et un contrôle microbiologique par prélèvement sur un milieu de culture, qui permet d’identifier et de quantifier les micro-organismes présents sur la surface contrôlée.

  • Les contrôles microbiologiques :

Dans le milieu hospitalier, le milieu de la restauration et de la blanchisserie, les contrôles microbiologiques des surfaces peuvent permettre de créer un indicateur qualité. Ce type de contrôle est le plus souvent réalisé par un bio-hygiéniste, ou par une personne désignée dans le service prélevé.

La contrainte des prélèvements de surfaces selon les besoins recherchés est le plus souvent le critère du moment du prélèvement. Ainsi les prélèvements de surface doivent être réalisés entre 20’ et 45’ après le bio-nettoyage. Enfin l’interprétation des résultats possède des limites. Le milieu de prélèvement appelé «gélose de contact» couvre une surface de 25cm2. Il est difficile d’imaginer sur une surface de 2m2 qu’un seul prélèvement de 25cm2 suffise à estimer la qualité du bio-nettoyage sur une telle surface.

Il faut donc toute proportion gardée ne pas abuser de ces prélèvements. En effet ce qui parait propre microbiologiquement sur ces surfaces pourrait très bien être en fait une surface mal «bio-nettoyée» sur d’autres endroits non prélevés. Le prélèvement de surface ne doit pas être un moyen scientifique d’estimer la qualité du bio-nettoyage, en revanche il peut être utilisé comme méthode pédagogique auprès du personnel chargé du bio-nettoyage.

certificat QUALIPROPRE N°/ 243 du 01-09-2014

qualipropre

  • bio-nettoyage 3
fondation
icone-developpement-durable
Action +Net